Mes cahiers ateliers Montessori – Spécial découverte du monde

Je préviens tout de suite les amoureux des livres, vous allez faire une syncope quand vous verrez ce que j’ai fait à ce pauvre ouvrage :p

J’achète assez rarement des cahiers estampillés Montessori, car le principe même me semble être une aberration : on ne fait pas de Montessori sur du papier. Mais là, les exercices proposés sont vraiment (à mon avis) cohérents avec la pédagogie (ce qui est rare) et j’ai dans la plupart des cas le matériel nécessaire à la mise en place d’ateliers *réellement* Montessori. Les illustrations étant sublimes et le prix fort raisonnable, je me suis laissée tentée.

Arrivée à la maison, j’ai entrepris de découper comme prévu les pages de fin de cahier. Première galère, l’éditeur n’a pas demandé à l’imprimeur de pré-découpage. Une fois les pages enfin détachées, je m’aperçois que certaines sont cartonnée et d’autres non. Le livre est un dos carré cousu, composé de feuillets. Les pages à découper sont donc imprimées sur la même feuille de papier que certaines pages du livre. Seul le dernier feuillet est en papier cartonné. Pour unifier et renforcer, je plastifie tout.

Puis je commence à découper… et je râle. Si Larousse passe par ici : quand on fabrique un document qui a pour but d’être découpé, à moins d’être certain d’avoir une impression recto et au verso précise au deuxième de millimètre, on ne dessine les pointillés de découpe que d’un côté et on étends la couleur à bord perdu de l’autre (mon patron est un graphiste issu de l’imprimerie, il m’a appris beaucoup de choses sur l’édition papier). Du coup même en étant rigoureuse et précise avec mon cutter, je me retrouve avec des lignes de pointillées visibles au dos de mes cartes… c’est rageant :(

Autre petite déception, les cartes sont vraiment minuscules. Tant qu’elles étaient sur la page ça ne choquait pas, mais au moment de la découpe, je me retrouve avec des petits morceaux de papier qui ne mesure pas plus de 2cm à 4cm et parfois même bien moins (cf. les bottes des vêtements des saisons, une activité pourtant particulièrement adaptée aux plus jeunes). Mon fils étant déjà assez grand et bien habile de ses mains, il arrive à saisir ces minuscules éléments sans difficulté, mais un enfant de 3 ans pour qui la motricité fine n’est pas le point fort aura toutes les peines du monde à attraper de si petits morceaux (à plus forte raison si ils ne sont pas plastifiés). Les textes se retrouvent également écrits tout petits, mais à priori les enfants visés sont non lecteur, donc les textes sont plutôt pour l’adulte.

Je présente ensuite quelques activités à mon fils. Il est enthousiaste, il est comme moi sensible à l’esthétique très réussie de cet ouvrage. Mais il s’énerve, ça glisse ! Même en appuyant fortement sur le livre, il est impossible de le maintenir ouvert vraiment à plat et les éléments glissent tous au milieu de la double page. Le livre ne ressemblant déjà plus à grand chose puisqu’il est amputé d’un feuillet et demi, je décide de prendre une décision radicale : je le démonte entièrement. Une fois libérée de leur reliure, les pages peuvent être présentée une par une, avec uniquement les cartes associées, et utilisée bien à plat avec une bonne ergonomie. L’autonomie annoncée par l’auteur apparaît enfin, l’enfant peut réellement revenir plusieurs fois sur une activité qu’il apprécie (auparavant il lui fallait retrouver parmi une centaine d’éléments rangés dans une grosse pochette, les cartes correspondant à son activité, en comparent les numéros de page… impossible à leur âge). Pour moi aussi c’est plus simple, les pages sont glissées dans des pochettes plastiques avec leurs éléments et le tout rangé dans un classeur, et je ne mets à disposition que les pages correspondant aux envies du moment ! Ce serait une bonne idée de le vendre directement sous forme de feuillets libres (attachés comme les éphémérides à effeuiller par exemple. Youhou Larousse !!!)

Une fois ces ajustements fait, les activités prennent tout leur sens, et ça fonctionne. Comme indiqué dans beaucoup d’encart, il ne s’agit par contre le plus souvent que d’un support et pas de l’activité en elle même. Il vous faudra fournir le véritable matériel à part si vous voulez respecter l’esprit Montessori : faire germer des graines, disséquer une véritable fleur, mettre de l’eau à évaporer dans une coupelle… Tout est facile à trouver et le plus souvent gratuit.

Certains éléments fournit en papier « pour dépanner » sont clairement moins agréables que les vrais. Les solides géométrique en 3d par exemple. Le patron en carton peut être présenter non collé à l’enfant, qui découvrira avec plaisir comment sont fait les volumes, mais la manipulation sensorielle gagne à se faire avec de véritables objets.

Quelques exercices sont un peu loupés (par exemple classer des objets par poids, avec dans la liste une pièce et un crayon de papier… en fonction de la pièce et du crayon le résultat varie, les deux éléments étant de poids vraiment similaire), mais dans l’ensemble ils sont biens pensés.

L’autocorrection est un peu trop présente à mon goût et l’enfant peut souvent obtenir le bon résultat sans réfléchir du tout, comme par exemple avec les étapes de la germination ou les cartes sont de taille croissante. J’ai aussi du cacher certain items, pour que l’association soit vraiment entre une image et un texte et pas juste un simple exercice de mise en paire de textes identiques. Mais au point ou j’en étais avec ce livre, je ne suis plus à ça près, je peux bien mettre un coup de tipex en plus ;) Je pense que tout cela tient au fait qu’ils ont visé un public rigoureusement non lecteur, et pour rendre tous les exercices accessibles dès le bas de la tranche d’âge 3-6ans indiquée.

En conclusion, même si il a quelques petits défauts, ce livre peu onéreux (moins de 8€) reste intéressant comme guide pour aider le parents à mettre en place des activités et des thématiques. Je suis contente de cet achat. Mais il ne donnera pas son plein potentiel si il est utilisé tel quel… alors à vos cutters !

5 Replies to “Mes cahiers ateliers Montessori – Spécial découverte du monde”

  1. hé bien je ne peux qu´être à 100% pour cent d´accord avec toi sur chaque ligne que tu as présenté. Les cartes proposées sont tellement petites MAIS pour le prix j´ai toutemême décidé de me le procurer afin de m´en servir de base d´inspiration quitte à refaire les cartes ou les rechercher d´une manière ou d´une autre sur le web. Je n´avais pas en revanche oser démonter le livre mais bon je crois qu´il va y passer prochainement. Très bon article en tout cas. :-)

  2. Bonjour,
    Un article qui résume très bien les choses !
    Ma fille de 4 ans a parfois du mal à attraper ces minuscules pièces découpées.. avec lesquelles je me suis arrachée les cheveux en voulant les découper !
    J’aurais pas pensé à totalement démanteler le livre je m’y attelle des demain merci !

  3. J’ai aussi acheté ce livre il y a quelques semaines et un autre de la même collection . Tout comme toi, étonnée que les feuillets ne soient pas pré-découpé , les pointillés visibles. J’ai aussi démonté ce livre , ce qui au départ m’a fait un peu mal au coeur. Je pense toutes les plastifier, perforer et classer.

  4. Merci pour cet article très intéressant!
    Je l’ai également acheter mais pas encore proposé et je vais suivre vos conseils et le défaire complètement ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *