De Montessori à Reggio…

Filliozat

Filliozat

Filliozat

Aujourd’hui, j’ai envie de vous faire découvrir des livres dont la lecture m’a fait énormément de bien. Des livres qui ont mis des mots sur ce que je traverse, des livres qui m’on expliqués qui je suis, et surtout pourquoi je suis ce que je suis. Ces livres, ce sont les livres d’Isabelle Filliozat.

filliozat1

Cet ouvrage est très facile à lire, il distille des conseils concrets, est illustré de petits croquis expressifs très vrais. Rapide, efficace, comme premier pas dans la psychologie de l’enfant c’est parfait.

filliozat2

Ce livre là est véritablement un livre de réflexion, qui amène à se poser une foule de question sur la parentalité, sur SA parentalité. Pour moi il a vraiment fait un déclic, j’ai enfin pu mettre des mots et des explications sur mes sentiments et ça fait un bien fous. Des mois de psy n’ont pas été aussi efficace que 3 soirs de lecture de ce livre. Bien sûr je n’ai pas tout résolu d’un coup de baguette magique, mais maintenant je connais le chemin et surtout, je suis convaincue qu’il existe (il y a encore peu de temps je doutais de la possibilité concrète de mettre en application le respect et la non violence -verbale- sans me retrouver avec l’anarchie la plus complète).

Les titres sont parfois un peu racoleur, le contenu provoc’ et les phrases grandiloquentes. Il faut creuser un peu plus. Élever sans punition ? En lisant juste ça on pense immédiatement enfant roi, laxisme… mais en lisant l’ouvrage complet on prends conscience la différence entre une punition et une sanction. On joue sur le langage ? Pas vraiment. On cherche à voir plus loin. Un punition est une manifestation d’autorité. Une sanction est à la conséquence logique et directe de la bêtise initiale.

Un exemple rapide. Loulou renverse son verre. Par jeu, par test, à son âge c’est naturel.

Option 1 : fatiguée, énervée je lui cri qu’il m’éneeerve, je le colle dans son parc et je nettoie les dégâts en râlant. Si j’ai crié assez fort il aura peur et ne mouftera pas, si j’ai juste râlé il fera une colère pour sortir du parc car il ne fait pas le lien entre l’eau renversé et la privation de liberté.

Option 2 : je lui montre « tu as vu c’est mouillé, on risque de glisser, soit prudent ». Je commence à essuyer un peu pour lui montrer comment faire et je l’invite à participer. Il ne pleure pas, il ne râle pas et plus important il apprend. Si on renverse de l’eau alors il faut essuyer.

Pas encore convaincu ? L’autre point fort de l’éducation respectueuse, non violente est la bonne compréhension du non de l’enfant. On a tendance à oublier, nous adultes, que le non d’un enfant ne veut pas du tout dire la même chose que notre non. Non c’est, en premier lieu, une manifestation d’identité, d’indépendance. Le bébé et le jeune enfant (ou moins jeune…) tiendra tête pour tenir tête et pas forcément parce que l’action demandée lui déplaît. Il faut aussi savoir accepter et écouter le non, car un enfant en a besoin pour se construire, pour devenir solide. Remplacer les ordres par des choix est une façon d’esquiver la lutte de pouvoir et de faire gagner un temps fou quand on a vraiment besoin que ça se passe vite et en douceur (astuce pour les plus petits, proposer un non choix : les deux solutions ont le même résultat. Tu veux mettre tes chaussures en premier, ou ton manteau d’abord ?). Alors oui, ça donne un peu l’impression d’arnaquer ce petit cerveau tout tendre et tout naïf, mais entre une colère et une astuce, personnellement je préfère l’astuce ;)

girafe

Il aurait encore beaucoup à dire. Pourquoi dire non à un bébé fonctionne si peu (et comment remplacer par d’autres approches plus efficaces), pourquoi on se retrouve parfois à dire des choses qu’on ne pense absolument pas, et que l’on sait pourtant blessante pour les avoir entendu nous même enfant. Pourquoi parfois on pète les plombs. Pourquoi parfois l’enfant pète les plombs ! Pourquoi parfois on ce sent une mauvaise mère (« je regrette le temps ou je n’avais pas d’enfant / il me bouffe / il est tyrannique… »). Mais mon but n’est bien évidement pas de vous dévoiler tout le contenu des livres, sinon leur lecture ne serait plus aussi passionnante :)

Je ne saurais que trop vous conseillez ces livres, le premier au moins si vous vivez bien votre rôle de maman, les deux si vous avez, comme moi, la désagréable sensation de ne pas être au quotidien la maman que vous voudriez être (pas assez patiente, dans mon cas).

Mon seul regret ? Ne pas avoir connu ses livres avant !

Plus qu’une auteur, Isabelle Filliozat est aussi une incroyable conférencière. Prenez le temps d’écouter cette conférence, c’est un pur moment de délice. Drôle, instructif, captivant. Ça rends aussi la lecture du livre « Il n’y a pas de parent parfait » beaucoup plus digeste ;)

Alors, ça bouquine aussi chez vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *