Le lit

J’écris cet article car j’ai entendu parler d’une maman qui, probablement sous l’influence des lectures montessoriennes, se demande si elle doit utiliser le berceau à barreaux (qu’elle a malgré tout acheté) pour son bébé.

On lit souvent que les lits à barreaux sont des « cages » où des « prisons » pour le bébé. J’ai envie de répondre à ça que je pense qu’une fois n’est pas coutume, mais que Maria Montessori se trompe ! Cette vision de cage où de prison est une vision d’adulte. Un bébé n’a pas du tout ce genre d’apriori. Le lit ne se transforme en prison que si les parents le laissent pleurer dedans, mais pour des parents qui essayent de répondre aux angoisses de leur tout petit et viennent le rassurer quand il pleure, ce n’est rien d’autre qu’un lit sécurisé.

Je vais donc raconter ici le cheminement de mon petit bonhomme. Petit, il a souffert d’un très fort RGO. Il dormait donc sur un matelas proclive incliné à 30°, suspendu dans une culotte scratchée cousue au lit. Les barreaux étaient seuls garants de sa sécurité étant donné la position d’équilibriste qu’il avait. Il glissait parfois, jusqu’à se retrouver en biais, appuyé contre. Le lit n’était vraiment pas un endroit de plaisir pour lui, puisque c’était l’endroit où on a des remontés et mal à l’estomac…

Puis est venu le moment où il a commencé à bouger beaucoup et où il n’était plus possible de le contraindre dans une culotte scratchée… fin du matelas proclive, on a juste mis des cales sous un côté du lit pour avoir une petite pente. Il a commencé à dormir sur le ventre et ça lui a fait beaucoup de bien. Il ne dort JAMAIS sur le dos maintenant qu’on ne l’y oblige plus… il déteste ça et je pense avec le recul que c’était une des raisons de son mauvais sommeil. En grandissant il a commencé à bouger tellement qu’il se retrouvait les pieds en haut et la tête en bas… exit les cales. Tout à plat finalement il ne dormait pas plus mal. Les mois ont passé, on a enfin ajusté correctement le traitement anti-douleur, les vraies nuits ont fait leur apparition. L’endormissement est devenu paisible. Peu à peu nous avons pu le déposer dans son lit et sortir de la chambre, en le laissant s’endormir seul, sans aucun pleurs.

Bien sûr il y a eu quelques gadins et quelques bosses quand il a commencé à se mettre debout tout seul en s’agrippant aux barreaux. Une main qui glisse entre deux barreaux et plaf c’est tout le visage qui s’écrase dans les montants du lit. Ça a du arriver 4 où 5 fois, 1 ou 2 fois avec une bosse à la clef. Mais quand je compare à la sécurité que ça apporte : aucune chute possible, avec la hauteur des barreaux à 22mois toujours aucune possibilité d’escalade.

De leur propre aveux, les parents qui ont tenté l’aventure du matelas au sol retrouvent leur bébé dans le lit environ 95% du temps. Donc j’en déduit que le reste du temps, il finissent leur nuit à même le sol.

Les rarissimes micro siestes du loulou hors de son lit (dans le coin lecture), n’ont jamais été de grand confort… ça ce finit à moitié par terre avec réveil chouinos. Franchement, ça fait plutôt #badmother…

Sieste matelas au sol

Maintenant loulou a 22mois, et il adore son lit. Il s’endort seul et sans pleurs en 10min, il nous appelle rarement la nuit (sauf si toutes les totosses sont perdues). Il joue avec ses doudous quand il se réveille, chantonne, paresse un peu puis nous appelle. Et ce qu’il demande ce n’est pas de sortir ! Mais plutôt qu’on lui passe des jouets :) Ce qui nous permet de finir de nous préparer pendant qu’il joue en sécurité.

Au réveil dans le lit

Ce lit, il l’aime beaucoup visiblement. C’est devenu un endroit de bien être. Au mamans qui doutent n’ayez pas de crainte  : de bêtes morceaux de bois ne seront jamais une barrière à l’amour  !

1 Reply to “Le lit”

  1. Chez nous le matelas au sol a servi de transition en attendant son lit de grand vers les 2 ans de Loustique et pas du tout avec une idée montessori. Juste que Mr avait décidé qu’il était trop grand pour dormir dans un lit à barreaux. Ça a été nickel et maintenant qu’il est dans un grand lit c’est encore mieux. Il n’a pas de barrière et aucune chute à déplorer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *